© Collection Air France.DR / Collection Musée Air France.DR

Confort

Retour à la frise

Le bien-être à travers le temps

L’aventure aéronautique

Les premiers passagers participent à leur façon à l’aventure de l’aérien naissant : on se gante pour embarquer, on se casque parfois. Dans les avions, souvent d’anciens bombardiers reconvertis, tout craque, tout vibre, à commencer par les sièges en rotin plus ou moins fixés au plancher. Le bruit des moteurs est assourdissant, les courants d’air transpercent les vêtements, les effluves d’huile empestent.

Le confort et la sécurité sont deux des priorités de la toute jeune compagnie : filets à bagages, ventilateurs individuels, chauffage, et le service très apprécié d'un "barman". En matière de pilotage, la radiogoniométrie permet de naviguer par visibilité réduite. Une performance pour l'époque.

Le 2 janvier 1935 le Breguet 530 Saigon F-AMSV d'Air France, baptisé "Algérie", effectue son premier vol sur Marseille-Alger en 3h45 de vol à 209 km/h. Air France en possédera deux exemplaires dont le F-AMSX "Tunisie" livré en avril 1936, équipé de trois classes : la 2ème classe à l'avant avec 11 sièges, la 1ère au milieu avec 6 sièges et une cabine de luxe à l'arrière pour 2 ou 3 passagers.

À la fin des années 1940, avec la pressurisation, les appareils volent plus haut à l’abri des turbulences. Puis l’avion entre doucement dans les mœurs. Plus cosy, les cabines empruntent au confort des compartiments de chemin de fer, avec fauteuils Pullman, porte-bagages en métal et… vitres coulissantes ! Parfois même avec chauffage et ventilateur individuel.

Les cabines s’agrandissent. La classe « Touriste » est créée en 1952. En première classe, on voit apparaître des fauteuils inclinables, et même, à bord des « Super Constellation », de véritables lits installés dans de petites suites personnelles. Il faut dire qu’un vol Paris - New-York dure plus de vingt heures.

  • Intérieur cabine d'un Farman Goliath F-60 - Années 1920 © Collection Air France.DR / Collection Musée Air France.DR
  • Deux passagères prennent un café à bord d'un Constellation - Années 1950 © Collection Air France.DR / Collection Musée Air France.DR
  • Une petite fille et sa maman dans les couchettes du Lockheed L.1049 Super Constellation "Parisien spécial" © Collection Air France.DR / Collection Musée Air France.DR

Le confort évolue

Dès 1951, tous les appareils assurant les liaisons entre l'Europe et l'Amérique du Nord (New York, Boston et Montréal) sont équipés de 34 "fauteuils-couchettes", exception faite de ceux assurant des services charter qui sont équipés de 44 fauteuils normaux.

La classe Touriste se généralise sur les longs courriers de l’Union française ainsi que sur les lignes de l’Atlantique Nord, les Constellation sont réaménagés durant l’été 1952 pour augmenter le nombre de sièges. Le département Etudes de la Direction Technique et le Bureau d’Etudes d’Orly s’affaire pour obtenir le meilleur compromis entre les exigences de la densité, du confort et de l’économie de poids. Les fauteuils sont alors inclinables, 3 cm plus large que ceux des compagnies étrangères et alors que l’espacement en longueur communément adopté est de 91,5 cm, les techniciens d’Air France le porte à 99 cm, d’avantage de confort pour les passagers. La suspension est d’un modèle nouveau, la garniture en drap de laine de couleur brique, d’une présentation analogue à celle que l’on trouve sur les services de luxe. Chaque fauteuil est doté d’une tablette horizontale individuelle réglable en distance ainsi que d’un cendrier. Tous les fauteuils sont montés sur rails pour permettre une transformation rapide des sièges touristes en version luxe et réciproquement. Le rideau qui séparait jusqu'ici la classe Touriste et la Première Classe, à l'intérieur du Constellation, est remplacé, pour des raisons de commodité et de meilleure présentation, par une cloison rigide mobile en 1954.

  • Vue d'un bloc de sièges de la cabine d'un Lockheed L.1049 Super Constellation © Collection Musée Air France
  • Aménagement spécial du Concorde pour les vols Présidentiels © Collection Musée Air France
  • Sièges de la classe "l'espace Affaires" dans un B747-400 © Collection Musée Air France

À l’heure des jets, le rapport au confort évolue

Le temps gagné est déjà un luxe, New York n’est plus qu’à huit heures de Paris. On rationnalise l’espace, l’effort se porte sur le fauteuil, la décoration, les distractions. Des bars contribuent à la convivialité. L’arrivée du Boeing 747 en 1970, permet de transporter près de trois fois plus de passagers plus que le Boeing 707 avec des conditions de confort amélioré, en Première : bar-salon à l'étage, décoration réalisée par des artistes… A bord des B707 et B727, les passagers disposent d’un grand nombre de compartiments aménagés au-dessus de leurs sièges pour ranger leurs bagages de cabine qui étaient auparavant placés sous les sièges. Cette mesure avait d’ailleurs été prise à titre de précaution, à la suite d’incidents survenus en vol lors de turbulences.

La classe Affaires sera inaugurée en 1978 sur Paris-New York et Nice-New York. Les prestations offertes visent à la rapidité de l'enregistrement et au plaisir du vol dans des sièges confortables.

Au fil du temps, de nouvelles cabines de voyage sont imaginées et avec elles de nouvelles conceptions d’aménagement, des matériaux plus doux, plus naturels : le cuir et la laine. Les fauteuils gagnent en ergonomie et deviennent parfois de véritables bulles d’intimité.

 

La technologie au service du client

À partir de 1981, on découvre un nouveau service et un nouveau fauteuil-couchette en "Première Classe" sur tous les B747 (à l'exception des B747 conjugués). Ces fauteuils ont été entièrement conçus et réalisés par la direction du matériel de la Compagnie. 24 fauteuils-couchettes, espacés de 132 cm (52 pouces) sont installés au pont principal puis 8 fauteuils-couchettes supplémentaires, espacés de 147 cm (58 pouces), remplace au pont supérieur les 16 fauteuils de classe économique qui y étaient installés auparavant. Cette nouvelle cabine Première Classe située au pont supérieur se distingue de celle du pont principal par une ambiance d'une plus grande quiétude favorisée par le nombre limité de sièges, l'absence de cinéma et le fait qu'elle soit réservée aux passagers non-fumeurs. De nombreuses améliorations sont apportées au service tant au sol qu'en vol. Au sol, les passagers de la Première Classe sont enregistrés à un comptoir spécialement identifié qui permet une prise en charge prioritaire. Avant le départ, ils sont accueillis dans un salon "Première" calme et confortable, conçu pour offrir le maximum de détente. En vol, Air France met à la disposition de ses passagers « Première » un nouveau type d'écouteurs électromagnétiques très sensibles, particulièrement agréables d'emploi et reproduisant le son stéréophonique en haute fidélité. Le personnel de bord offre une coupe de champagne de bienvenue et une trousse confort à tous les passagers Première et une rose aux passagères. Les repas sont de haute qualité culinaire et toutes les boissons gratuites tout au long du vol. Quatre hôtesses et stewards sont affectés à la cabine Première de 24 passagers.

À partir des années 90, Air France se démarque de ses concurrents par de nombreuses innovations technologiques, parmi lesquelles un fauteuil révolutionnaire, le seul au monde à se transformer en un véritable lit. On entre dans la nouvelle dimension du voyage aérien, un nouveau confort à la fois physique et psychologique. Le passager a la possibilité de mieux gérer son temps, choisir l'heure de son repas, la durée de son sommeil. Les enfants n'ont pas été oubliés, un espace leur est réservé dans la cabine « Tempo » avec de nombreuses distractions dont des jeux vidéos.

Au début des années 2000, Air France présente une nouvelle gamme de produits et de services. Plus d’un milliard de francs sera investi. L’ambition est d’apporter au client plus de confort, des services personnalisés et simplifiés, la vidéo individuelle dans toutes les classes long-courriers, une offre de restauration améliorée, de nouveaux programmes de fidélisation (carte Fréquence Jeune) et de nouvelles applications disponibles sur Internet. L'Espace Première, l'Espace Affaires, la Tempo... des produits sans cesse repensés, renouvelés qui placent Air France à la pointe de l'innovation et des projets stratégiques entièrement dédiés à la satisfaction client.

Suite La Première Air France sur un 777-300 - 2014 © Ronan Guillou

La montée en gamme

Le 30 octobre 2009, l’A380, véritable géant des airs, rejoint la flotte Air France qui devient ainsi le premier transporteur européen à proposer des vols à bord de ce très gros porteur (538 places) et la première compagnie au monde à offrir des voyages transatlantiques en A380 entre l’Europe et les Etats-Unis. Le premier A380 s’envole à destination de New York le 23 novembre 2009.

Ces dernières années, de nouveaux standards ont émergé dans l’industrie du transport aérien. La stratégie commerciale d’Air France s’appuie sur la montée en gamme, le meilleur atout pour reconquérir ses clients. Baptisés Best&Beyond pour le long-courrier, Smart&Beyond pour le moyen-courrier, ces projets menés depuis 2013, s’intègrent dans le plan Transform 2015 et ont pour ambition de positionner la Compagnie parmi les meilleures en matière de produits (sièges, offre de divertissement, salons, …), de services et de faire la différence grâce à la qualité de la relation avec nos clients.

Si vous avez aimé cet article, découvrez :

Retour à la frise


Retour en haut de page