© Collection Air France. DR

En route vers le Mali

Retour à la liste des actus

En 1933, à la création d'Air France, Bamako - alors capitale du Soudan français - est absente de son réseau africain. Après l’ouverture de Dakar en 1936, les regards se tournent vers le Mali.

Antoine de Saint-Exupéry effectue, en 1937, un voyage d'études pour le compte d'Air France et du Ministère de l'Air. Ce voyage, long de 15.000 km, suit depuis Le Bourget, le tracé suivant : Marseille-Casablanca-Tindouf-Bamako-Dakar-Atar-Fort Gouraud-Tindouf-Oran-Alger.

Ouverture de la ligne bi-hebdomadaire Paris-Dakar-Bamako en 1937

Les passagers arrivent à Dakar depuis la métropole en Dewoitine 333 et poursuivent leur voyage vers Bamako, en Wibault 282. Si la liaison Dakar-Bamako peine à décoller - seulement 397 passagers en 1938 -, l'escale malienne s'impose après- guerre. Elle s'intègre au vaste réseau local qu'Air France structure autour de l'axe Dakar-Brazzaville.

Dans les années 50, Bamako est reliée à Orly via Casablanca sans passer par Dakar en DC-4 puis en Constellation ; il faut alors environ 15 heures pour rejoindre une ville en plein essor : bourgade de 600 âmes fin XIXème, Bamako abrite... 100 000 personnes en 1960, au moment où le Mali gagne son indépendance !

Aujourd'hui, la ville - et ses 1,8 million d'habitants - est devenue l'un des carrefours d'Air France en Afrique de l'Ouest. Elle est desservie chaque jour par un vol direct d’une durée de 5h45 en Boeing B-777.

Si vous avez aimé cet article, découvrez :

Retour à la liste des actus


Retour en haut de page