©Supports

Supports

Retour à la frise

Années 1930. À une culture technique forte, Air France ajoute des savoir-faire tertiaires. Elle devient une entreprise commerciale, à la gestion rigoureuse.

Cinq compagnies, cinq fonctionnements

Née de la fusion des compagnies Air Orient, Air Union, la Société Générale de Transport Aérien (ex-Lignes Farman), la C.I.D.N.A. (ex-Franco-Roumaine) puis l’Aéropostale, Air France hérite de cinq réseaux, d’une flotte disparate, et d’effectifs éparpillés. Près de 2 500 personnes au total. Un travail immense attend les équipes. Le vol est l’activité visible d’une compagnie aérienne. En coulisse, il faut assurer toutes les opérations administratives ou comptables, et soutenir cette activité : commercialement par une « propagande » active ; techniquement par des services d’études, d’essais, des ateliers... Bref, par un ensemble cohérent de services supports.
Pour former une compagnie unique, Air France doit fondre ces services dans un moule commun, et standardiser les méthodes. Trois directions sont créées – Direction du Matériel, Direction Commerciale et Direction de l’Exploitation – complétées d’un service financier.

 

D’une culture technique à une culture commerciale

Au 2, rue Marbeuf à Paris (ancien siège d’Air Orient), 179 personnes forment l’effectif du siège, qui passe à 292 personnes dès 1938. Considérable, le travail stimule l’innovation. Le responsable des services financiers énonce quelques principes de gestion qui feront école, comme le calcul des prix de revient. Grâce à des équipements impressionnants (Bull et Hollerith), Air France assure le suivi journalier et mensuel du trafic, ligne par ligne.
À une culture technique forte, Air France ajoute des savoir-faire tertiaires. Elle devient une entreprise commerciale, à la gestion rigoureuse. A la fin des années 1940, un attaché de direction rapporte des Etats-Unis des méthodes inédites : la comptabilité analytique, le recours à la prévision et la gestion par budgets.

  • Dactylo travaillant pour le Fret - Années 1940-50 © Collection Air France
  • Télétype, personnel administratif - Telecom Air France - 1962 © Collection Air France
  • Pupitre de commande vu de profil. Au fond : bandes magnétiques - 1966 © Collection Air France

L’informatique s’invite dans tous les services

La Direction du Personnel se renforce, et se professionnalise. Car Air France se développe, partout dans le monde. Son effectif a été multiplié par dix depuis sa création. Il est de 24 000 agents en 1964, dont près d’un quart à l’étranger.
Croissance oblige, le siège social est transféré l’année suivante dans un bâtiment ultramoderne, à Montparnasse. Il accueille 1 200 personnes. L’informatique, qui réduit les contraintes de la dispersion géographique, s’invite dans tous les services. Une direction ad hoc est créée en 1964, en même temps qu’une Direction du Contrôle et des Études de gestion. La recherche de la rentabilité devient prioritaire, dans un contexte concurrentiel qui exige aussi une vraie stratégie de communication.

 

De Montparnasse à Roissy

Un vaste réseau de communicants se développe, chargé de construire, promouvoir et véhiculer les messages de la compagnie auprès de ses différentes cibles : salariés, clients, actionnaires, médias. Un réseau d’autant plus vaste qu’Air France s’étoffe. Après le rachat d’UTA en 1990, le groupe Air France compte plus de 40 000 collaborateurs. Les services supports – RH, Achat, Système d’information, Economie et finances, Communication – continuent de se structurer depuis Roissy, siège social transféré à Roissy en 1995. Au plus près de l’activité aérienne d’Air France.

Si vous avez aimé cet article, découvrez :

Retour à la frise


Retour en haut de page